En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies par ce site afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus.
Partagez cet article sur :

Comment Lesaffre développe des alternatives aux biocarburants ?

Face au réchauffement climatique et à la raréfaction des énergies fossiles, Lesaffre investit dans sa recherche sur la biotechnologie pour développer des fermentations de pointe capables de fournir de véritables alternatives à l’éthanol carburant. C’est ainsi que les équipes R&D de Lesaffre contribuent à la réduction des émissions de gaz à effets de serre pour répondre aux besoins des industriels.

 

Comment Lesaffre développe des alternatives aux biocarburants ? from Lesaffre on Vimeo.

Les biocarburants ou agrocarburants : l’alternative à l’éthanol

Le bioéthanol 1ère génération est la 1ère alternative aux énergies fossiles. La cellulose contenue dans les plantes sucrières (betterave et canne à sucre) associée à l’amidon provenant des céréales (blé, maïs, pomme de terre) génère du sucre. Lorsque ce sucre est mis au contact de levure, la fermentation s’effectue. Puis le mélange est distillé pour produire du bioéthanol.

Toutefois, ce biocarburant de 1ère génération puise dans nos ressources alimentaires. De manière à limiter leur utilisation, des chercheurs se sont intéressés aux déchets végétaux, au compost de bois, de paille afin de produire un alcool de 2nde génération.

Les atouts de la R&D Lesaffre en faveur d’un éthanol écologique plus respectueux de l’environnement

Pour relever le défi de fermenter du compost, notre équipe Recherche et Développement recensait déjà nombres d’indéniables atouts : notre expertise de longue date en fermentation alcoolique, nos compétences en génétique et notre process d’industrialisation. C’est en combinant ces 3 forces que notre département R&D est parvenu à répondre aux attentes du marché des biocarburants.

Une levure brevetée pour la production de biocarburant 2nde génération

Ainsi, nos équipes ont construit des levures capables de fermenter les sucres à 5 carbones contenus dans les déchets végétaux. La fusion de l’une de ces levures avec une levure résistante aux toxiques a permis la recombinaison aléatoire des génomes des levures aux phénotypes différents. C’est ainsi que Lesaffre a mis au point Cellux 2 : une levure, à la fois, capable de fermenter les sucres à 5 carbones, qui soit résistante aux toxiques et dont la souche est adaptée à l’industrialisation des biocarburants. 3 brevets ont été déposés par rapport à cette innovation issue de la biotechnologie.

Partagez cet article sur :