En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies par ce site afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus.
Partagez cet article sur :

The Farm, la réponse concrète de Phileo face aux enjeux de demain

Interview de Jean-Philippe Marden, Directeur The Farm Phileo

Jean-Philippe Marden, Docteur en nutrition animale, a pris la direction de The Farm après une dizaine d’années passées en tant que Responsable R&D Ruminants Phileo. Au sein de la R&D, Jean-Philippe et son équipe ont largement contribué à la conception de The Farm afin d’apporter des solutions performantes, naturelles, innovantes et complètes avec l’aide d’une recherche de pointe et adaptée au terrain.

Pourquoi Phileo a-t-il souhaité créer The Farm ?

The Farm est la première structure spécifiquement dédiée à la Nutrition et Santé Animale au sein de Lesaffre. Elle fait partie des structures imaginées pour véhiculer l’innovation, l’échange et la proximité dans un domaine en pleine croissance. L’objet de sa création est issu de multiples besoins à la fois en interne et liés à des partenaires externes.

Notre volonté première est de répondre aux interrogations du marché par l’innovation. The Farm est équipée d’outils de dernière génération permettant de rassembler en un seul lieu les animaux ainsi que le matériel analytique et de laboratoire nécessaire pour le développement de nouvelles solutions.

Quels sont les champs d’action de The Farm ?

L’étude du microbiote est une de nos priorités. Cette plateforme est dotée par exemple, de systèmes in vitro « Dual Flow » qui imitent de manière très fine le rumen, voire permettent d’extrapoler vers d’autres espèces comme le porc, la volaille et le cheval.

Pour les contaminants en alimentation animale, nous consacrons un laboratoire muni d’UPLC (Ultra Performance Liquid Chromatography) dans la détection des diverses mycotoxines, nous offrant ainsi la possibilité de mesurer l’efficacité de nos produits dans la lutte contre contaminants.

Côté environnement, nous avons imaginé une salle dite « chambre respiratoire » pour mesurer les gaz à effet de serre émis par les animaux. Cette pièce, complètement isolée, a une ventilation contrôlée en entrée et en sortie avec des capteurs de méthane et de dioxyde de carbone.

Nous envisageons également de travailler sur le comportement et le bien-être des animaux (chez le ruminant dans un premier temps). Exemple d’un partenariat externe, nous élaborons un programme bien-être avec une société française fabricant de matelas pour vaches afin de déterminer les zones de couchage et d’évaluer la fréquence des phases de repos, etc.

En d’autres mots, The Farm nous permet d’accélérer le développement de nouveaux produits et ainsi d’améliorer le délai de mise sur le marché.

D’autre part, nous souhaitons privilégier l’échange en communiquant davantage sur nos avancées mais aussi dans l’optique de renforcer nos partenariats avec les universités, les instituts et nos clients.

Avec The Farm, l’objectif est de favoriser une recherche académique en partenariat avec des chercheurs de renommée internationale en Europe et aux Etats Unis, ainsi que dans des pays où la science animale connait un essor grandissant, tels le Brésil, l’Inde ou la Chine. Nous avons d’ores et déjà accueilli un étudiant chinois en thèse CIFRE qui travaille en collaboration avec l’Université d’Agriculture de Chine (CAU) basée à Pékin. Outre cette dimension coopérative académique, il s’agit aussi de faire valoir à nos clients grands comptes nos capacités à développer des solutions « à la carte ».

Enfin, The Farm est la vitrine de notre expertise et a la vocation d’accompagner nos clients. Une proximité gagnant-gagnant qui nous permettra de mieux appréhender leurs besoins futurs et leur offrira le privilège du réseau de The Farm. Nous les inviterons à des séminaires pour qu’ils découvrent les dernières avancées en matière de recherche et de technologie, qu’ils constatent et valident les bénéfices de nos produits ou encore se forment à nos techniques afin qu’ils puissent les mettre à profit. Il s’agira de faire connaitre et d’éduquer à nos méthodes en restant proche du client et du terrain.

Comment est organisée The Farm aujourd’hui ?

The Farm est rattaché au pôle « efficacité » de la R&D Phileo. Il se compose à ce jour de Christine Julien, Responsable R&D ruminants, de Virginie Marquis, Responsable Toxicologie et Sécurité, de deux techniciens animaliers, et de moi-même, Directeur de la plateforme. Sans oublier notre doctorant chargé des manipulations spécifiques sur animaux, et qui nous l’espérons sera bientôt rejoint par d’autres étudiants, car cette plateforme est conçue pour être largement évolutive.

Pourquoi avoir choisi de s’installer sur le domaine de l’Ecole d’Ingénieurs de PURPAN ?

L’EI PURPAN présente une réelle dynamique dans la recherche. Le Domaine de Lamothe, situé à une trentaine de kilomètres de Toulouse, dispose d’une exploitation de 250 hectares spécialisée en polyculture élevage :

  • élevage laitier de 140 têtes
  • poulets de chair et poules pondeuses
  • production végétale (Maïs, Blé, Tournesol).

Quels sont vos partenaires sur ce projet ?

Nous avons d’ores et déjà conclu des partenariats avec l’Ecole d’Ingénieurs de PURPAN, l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse, l’Ecole Nationale d’Agronomie de Toulouse, l’INRA, le réseau toulousain de chercheurs en vache laitière, ainsi que l’Université d’Agriculture de Chine à Pekin. Et d’autres entités sont intéressées (notamment en Amérique), le cercle devrait donc s’élargir !

Dans quel esprit The Farm travaille-t-elle avec les animaux ?

Les solutions que nous développons ont pour objectif d’offrir un meilleur bien-être aux animaux. Amélioration de la digestion, réduction du stress, diminution des comportements agressifs entre animaux, les effets positifs sont concrets. Nous veillons aussi à un bon management des animaux : logement adéquat, températures adaptées…

Notre travail pour trouver une alternative durable aux antibiotiques est également en faveur des animaux. Il s’agit d’œuvrer pour leur santé mais aussi pour celle des consommateurs.

Dans un contexte de durabilité de nos systèmes d’élevages, nous visons principalement une efficacité accrue au niveau de l’animal, tout en respectant son environnement et son bien-être. C’est une approche qui au final, a l’avantage de contribuer à la réussite économique des éleveurs. Un cercle vertueux en somme.

Comment définiriez-vous, en une seule phrase, The Farm ?

The Farm est la plateforme d’échange et d’expertise scientifique pour développer les solutions innovantes en réponse aux enjeux éthiques, sanitaires et zootechniques de l’élevage de demain.

Partagez cet article sur :